Ministère du Budget et des Comptes publics

Sceau de Republique Gabonaise

MAÎTRISE DES DÉPENSES : Les données en question

Logo

Dans le Rapport d’exécution du Plan de Relance de l’Economie, restitué ce lundi par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Emmanuel Issoze Ngondet, plusieurs données chiffrées relatives aux efforts réalisés pour la maîtrise des dépenses publiques ont été fournies. Des dispositions prises dont les résultats ont pu être récoltés grâce notamment à la forte implication des différents services du Ministère en charge du Budget et des Comptes Publics.

Il a ainsi été noté que ces quatre dernières années, l’Etat Gabonais a réduit de 26% ses dépenses courantes en biens et services, passées de 244 à 179 milliards de FCFA. Cette réduction témoigne, selon le Premier Ministre, du sérieux de l’Etat dans « son effort de sobriété et de limitation de ses dépenses ». Plusieurs catégories de dépenses, comme les frais de voyage et les per diem liés aux missions des agents publics, les formations à l’étranger, les achats de véhicules et frais de carburant ont été ainsi considérablement réduites.

Toutefois, cet effort a également été mené par l’annulation indiscriminée des ressources nécessaires au fonctionnement courant de l’administration. Le Plan de Relance de l’Economie promeut quant à lui des réformes qualitatives du profil de consommation des biens et services par l’administration gabonaise, afin que la réduction des dépenses ne se traduit pas par un moins disant du fonctionnement de l’Etat.

 

Pour la maitrise des dépenses en eau, électricité et téléphonie des bâtiments administratifs, des résultats importants ont été enregistrés. Ainsi, une baisse de 50% des dépenses téléphoniques a été constatée entre 2013 et 2017. Pour ce qui est de la rationalisation des dépenses des baux administratifs qui a généré 3,9 milliards de FCFA d’économies, les efforts seront poursuivis en 2018. A noter aussi la création en septembre 2017 de Gabon patrimoine Immobilier, un acteur de la politique patrimoniale publique qui va jouer un rôle de premier plan à partir de cette année.

 

Enfin, 13 milliards d’économies ont été réalisées sur la masse salariale budgétisée grâce notamment à la centralisation et le contrôle du processus de recrutement des agents publics, la fiabilisation du fichier de la solde des agents publics. Sans oublier, par ailleurs, les gains obtenus à travers l’optimisation des investissements publics par programmation triennale des investissements pris par le conseil présidentiel d’avril 2017.

Publié le : 24 / 04 / 2018

Connexion Visiteur en ligneConnexion